Toshiba vise les 1000 milliards de yens grâce au nucléaire

first_imgToshiba vise les 1.000 milliards de yens grâce au nucléaireCe n’est plus tant le nucléaire que le renforcement de la sûreté des sites qui fait les affaires des grosses sociétés industrielles. Ainsi, le conglomérat japonais Toshiba vise un chiffre d’affaires de 1.000 milliards de yens (près de 10 milliards d’euros) en 2017-2018 dans ce secteur.Le groupe japonais Toshiba espérait tirer, avant l’accident de Fukushima en mars 2011, environ 1.000 milliards de yens (près de 10 milliards d’euros) de l’activité nucléaire pour l’année 2015-2016. Après la catastrophe du tsunami, le groupe a toutefois dû revoir ses objectifs mais ne s’est pas découragé pour autant, au contraire. Il a même parfaitement su s’adapter. “Nous voulons contribuer au renforcement de la sûreté des installations nucléaires au Japon et à l’étranger”, a ainsi expliqué le PDG de Toshiba, Norio Sasaki, lors d’une conférence de presse.Le groupe est déjà fortement impliqué dans le traitement du complexe Fukushima Daiichi puisque c’est lui qui avait fourni les équipements du site. Il s’occupe notamment de la décontamination des dizaines de milliers de tonnes d’eau qui ont servi au refroidissement des réacteurs et piscines de désactivation du combustible. De plus, rien qu’en s’attelant au démantèlement de cette usine, il y a du travail pour environ 40 ans.Mais Toshiba souhaite profiter de ce contexte pour sécuriser d’autres centrales non seulement au Japon, où les 50 réacteurs sont à l’arrêt, mais aussi à l’étranger. Le tout sans cesser : d’une part d’honorer les commandes de réacteurs qui lui sont faites dans le monde (via la société américaine de conception d’équipements nucléaires Westinghouse, qu’elle détient), d’autre part de développer des modèles réduits baptisés 4S (très sûrs, petits et simples de l’anglais “super safe, small et simple”).Des batteries de véhicules électriques et des appareils plus écologiquesÀ lire aussiMaladie de Charcot : symptômes, causes, traitement, où en est on ?Toutefois, Toshiba ne s’arrête pas là et ambitionne de profiter des besoins croissants en énergies renouvelables (hydraulique, éolienne, solaire, géothermique, piles à combustible), aussi bien au Japon que dans les pays émergents. La société estime que les revenus tirés de cette activité pourraient atteindre 350 milliards de yens (près de 3,5 milliards d’euros) dès 2015-2016.Enfin, le groupe espère être en pôle position : pour construire des infrastructures de distribution électrique de nouvelle génération (“smart grid”), grâce notamment à des systèmes de contrôle de consommation et de mesure en temps réel (compteurs intelligents) ; pour obtenir des marchés dans la mise au point de batteries pour véhicules électriques mais aussi pour être leader dans la conception d’appareils électroniques et électroménagers dotés de vertus écologiques.Au final, Toshiba table sur une augmentation annuelle de 12 % de son chiffre d’affaires dans l’activité des infrastructures (incluant les divisions énergétiques) pour atteindre 3.240 milliards de yens (32 milliards d’euros) en 2014-2015. Le secteur des composants électroniques devrait atteindre 2.060 milliards de yens en 2014-2015, autant que celui des appareils électroniques (dont les PC et TV). Toutes branches confondues, Toshiba escompte un chiffre d’affaires de 7.800 milliards de yens (près de 78 milliards d’euros) en 2014-2015, contre 6.400 milliards attendus pour cette année.Le 21 mai 2012 à 20:16 • Maxime Lambertlast_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *